• Lydie

WANTED

Dernière mise à jour : 8 mars 2019



Kafka

J'évoquais la solitude dans un précédent billet et je me disais en même temps que je vous l'écrivais, que la solitude réelle existe essentiellement au milieu des autres. Ou parfois, dans les méandres de quelque administration qui n'est pas sans rappeler une certaine œuvre pragoise… Je suis certaine que vous avez dans votre propre expérience beaucoup d'exemples qui pourraient illustrer cette idée, il m'en vient un à l'esprit aujourd'hui.

Le problème auquel je suis confrontée en ce jour de printemps semble assez simple et je vais, me dis-je naïvement, le régler très vite pour pouvoir reprendre le cours de ma vie.

Ma carte d'identité n'est plus valide depuis un an.

C'est somme toute un problème plutôt banal auquel tout adulte ayant atteint un âge raisonnable a été confronté plusieurs fois. Je me rends donc à la Mairie qui me signale que la validité des cartes d'identité est désormais de 15 ans, même s'il est noté sur la mienne qu'elle est de 10 ans. Très bien, voilà un problème solutionné encore plus vite que prévu.

Je m'interroge cependant sur mon futur voyage de l'autre côté de la Manche et je retourne donc pousser la porte de la petite Mairie un matin suivant pour éclaircir ce point :

- Bonjour madame, ma carte d'identité n'est plus valide et je vais à Londres cet été, que dois-je faire ?

- Rien, parce que maintenant, les cartes sont valables 15 ans.

- D'accord. Mais pouvez-vous me confirmer que l'Angleterre reconnaît bien cette validité de 15 ans alors qu'il est noté sur ma carte qu'elle n'est plus valide ?

- Je vais vérifier.

Sur ce, Madame se lève, renverse au passage sa tasse de café, soupire, me sort un document et lit à haute voix pour résumer ensuite :

- Ah non, l'Angleterre ne reconnaît pas la validité de 15 ans

- Bien, et donc je peux renouveler ma carte ?

- Non, parce que maintenant, les cartes sont valables 15 ans.

- Oui, alors, j'entends bien, mais je vais à Londres cet été.

- Je ne peux rien faire parce que…

- Oui, oui, je crois avoir compris mais pensez-vous que je puisse pénétrer en Angleterre avec cette carte valide uniquement en France ?

- Non, vous ne pourrez pas.

- D'accord. Mais je ne peux pas non plus refaire cette carte ?

- Non.

- Vous rendez-vous compte que nous avons là un problème quasi kafkaïen ?

Un nuage passe et, dans le bureau exigu aux vitres dépolies, c'est comme si soudain, il faisait nuit. L'impuissance pesant sur ses épaules menues, la dame, tête penchée, éteint son regard…

- Je n'y peux rien madame.

Et c'est l'orage alors qui, sournoisement, monte en mon esprit déjà fort peu matinal :

- Bien. Je vais donc de ce pas aller perdre ma carte d'identité et vous pourrez ainsi accepter de la refaire, d'accord ?